LE TEMPS DU CONFINEMENT

 

Chers amis,


Ce matin, comme tant d’autres, nous avons fermé boutique. Nous sommes allés couper le chauffage et baisser le rideau du 75 rue Jean-Pierre Timbaud, à Paris, où se trouve, depuis quelques mois, le bureau/comptoir de la maison d’édition.
Le sol était encore jonché d’enveloppes ; c’est que la semaine dernière, nous avons envoyé le service de presse du livre de Jan-Werner Müller, La Peur ou la liberté, qui devait paraître le 26 mars. De peur et de liberté, il est beaucoup question ces jours-ci. Mais il faut l’avouer, le livre ne parle à aucun moment du coronavirus.

Il se passe quelque chose d’exceptionnel, c’est l’évidence. Où cette affaire nous mènera, nul ne le sait. Pour l’instant il faut passer l’épidémie le plus humblement possible, protéger les plus fragiles d’entre nous – il s’agit de réussir à s’abstenir.

Nous continuons de travailler, à distance, aux livres à venir. En avril devait paraître un petit essai du grand sociologue Zygmunt Bauman sur la question des réfugiés, « Des étrangers à nos portes ». Il paraîtra plus tard : son analyse n’est hélas pas près d’être dépassée.

Nous préparons la suite et pensons à vous tous, à ceux qui sont seuls, à ceux qui vont se retrouver, aux mal accompagnés, à ceux qui craignent de perdre leur travail ou ce qu’ils ont construit. Nous pensons aux soignants, aux malades, à leurs proches.

On se retrouve dès que l’heure de remonter le rideau sera venu. Il devrait faire beau et même si ce n’est pas très grand, chez nous, on fera une fête avec obligation de danser à moins de vingt centimètres les uns des autres.

Si vous vous servez de nos livres comme des haltères (il va falloir faire un peu d’exercice), envoyez-nous des photos !


Premier Parallèle

 


par amelie | 16 mar 2020

LE TEMPS DU CONFINEMENT

Voir toutes les actualités